Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Troubles de la mise bas chez la chienne

 Troubles de la mise bas chez la chienne: l’ocytocine

 

Le recours systématique à l’ocytocine libérée naturellement par la post hypophyse est formellement déconseillé. Elle peut être utilisée mais uniquement à bon escient et de façon raisonnée, afin d’exclure tout risque pour la parturiente.

mécanisme ocytocine

L’usage inconsidéré de cette hormone en l’absence de tout diagnostic précis risque de provoquer les déchirures utérine s’il inertie est secondaire un obstacle.
De plus cela risque de favoriser l’asphixie de tous les chiots en attente par constriction prématurée des vaisseaux afférents du cordon.Rappelons également que cela peut être complètement inefficace sur l’utérus qui présente naturellement une période réfractaire à l’ocytocine pendant les périodes de repos utérin et donc d’agir uniquement par ses effets secondaires (diarrhée).L’administration d’ocytocine entraînera également la mise au repos de la post hypophyse perturbant ainsi par la suite la sécrétion lactée.Elle peut enfin conduire à des éclampsie secondaires.

 

 Troubles de la mise bas chez la chienne: les causes de l’inertie utérine


L’inertie utérine primaire se rencontre fréquemment chez:

-certaines chiennes prédisposées comme les chiens de petit formats
-les femelles très calmes

-les chiennes obèses ou âgées
-les mères à portées nombreuses

 

Troubles de la mise bas chez la chienne: alternative à l’ocytocine

 

Dans certains cas l’apport de gluconate de calcium en perfusion sous contrôle du rythme cardiaque (IV lente) est généralement suffisant pour permettre une reprise des contractions utérines.
Le massage des mamelles provoque par réflexe une décharge d’ocytocine endogène.

gluconate de calcium

Troubles de la mise bas chez la chienne

 

site partenaire: www.veterinaires.brussels

Lorsqu’une chienne est saillie involontairement ou accidentellement par un mâle beaucoup plus grand ou plus gros qu’elle, une chienne cocker par un mâle Berger Allemand par exemple, les propriétaires s’inquiètent souvent car ils sont persuadés que les chiots seront trop gros et ne pourront pas naître spontanément.
Or il existe en biologie un principe désigné sous le terme d’effet ‘ moule utérin ‘. Lorsqu’une femelle est accouplée avec un mâle beaucoup plus gros qu’elle – à condition que l’accouplement s’effectue naturellement – la taille des petits à la naissance sera en général calquée sur la taille de l’utérus de la mère. Même si une fois adultes, les chiots deviennent très grands, ils ne seront pas anormalement gros à la naissance. Il n’est donc pas vrai qu’il faille absolument faire avorter une petite chienne saillie par un gros chien. Dans le doute, prenez avis auprès de votre vétérinaire