Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

L’alimentation du chaton

Chat british Shortair chaton

Alimentation du chaton non sevré

L’alimentation du chaton peut être divisée en deux périodes :
  • la période où le chaton est allaité par sa mère jusqu’à l’âge d’environ deux mois
  • la période après le sevrage.
Normalement, il est préférable de laisser le chaton avec sa mère jusque vers l’âge de deux mois pour que son développement psychologique soit normal. Le sevrage se fera en douceur. La maman produisant progressivement moins de lait, le chaton va consommer les aliments solides donnés à sa mère. Le sevrage sera effectif vers l’âge de 1 à 2 mois. A 7 semaines, le sevrage doit être terminé.
 

Alimentation du chaton: Allaitement artificiel

Si malheureusement le chaton est séparé tôt de sa mère (chatons abandonnés, mère décédée) ou si celle-ci n’a pas de lait, il faut nourrir le petit avec un lait artificiel dit lait de substitution ou lait maternisé. Si la mère ne fournit pas suffisamment de lait pour toute la portée, le lait maternisé sera donné en complément du lait maternel. Attention, les nouveaux-nés n’ont pas ou peu de réserves et s’ils ne mangent pas suffisamment et régulièrement, ils risquent de s’affaiblir et de se déshydrater. Une lactation insuffisante est la cause la plus fréquente de mortalité des chatons, et il est malheureusement parfois difficile de se rendre compte si la chatte produit assez de lait pour sa portée ou au contraire si les chatons ne sont pas bien nourris. L’observation des petits au moment de la têtée peut toutefois vous renseigner sur leur état alimentaire. Des chatons qui ont faim vont miauler et s’agiter, il cherchent en permanance la mamelle de leur mère, et celle-ci peut aller jusqu’à les repousser lorsqu’elle n’a plus de lait. A l’inverse, des chatons repus s’endorment après la têtée, ou même pendant qu’ils sont accrochés à la mamelle.
  • Choix du lait
    Le lait de vache seul ne convient pas aux chatons car il est deux fois moins riche que le lait de chatte. Il est donc moins énergétique et moins riche en protéines. Il est également trop riche en lactose (sucre du lait) qui est mal toléré par de nombreux chatons. Il faut donc choisir un lait maternisé spécial pour chats.
  • Pendant 24 h, vous pouvez éventuellement fabriquer vous-même du lait. Pour cela, vous devez mélanger :
    • 600 ml de lait de vache entier
    • 1 jaune d’oeuf
    • 200 g de crème à 12% de matières grasses environ
Ceci vous permettra de fabriquer un lait « provisoire » car certains éléments sont en quantité trop faible (minéraux, vitamines…). Il est fortement recommandé de passer rapidement à un lait maternisé industriel, qui est équilibré en éléments nutritifs indispensables. Seul un lait parfaitement adapté aux chatons pourra leur apporter les nutriments indispensables à un bon départ dans la vie. Les chatons orphelins ou abandonnées, qui ont déjà subi un traumatisme psychologique important, ont besoin de compenser par un apport alimentaire optimal.
  • Nombre de repas
    Le nombre de tétées et les quantités à donner à chaque repas varient en fonction de l’âge du chaton et du type de lait utilisé. De façon générale, le nombre des repas est de :

    • 8 repas par jour la première semaine
    • 6 repas par jour la deuxième semaine
    • 5 repas par jour la troisième semaine
    • 4 repas par jour la quatrième semaine
    • 3 ou 4 repas par jour jusqu’au sevrage.
Ces repas seront répartis à intervalles réguliers sur vingt-quatre heures sachant que les biberons de la nuit peuvent être plus espacés.
  • Quantité de lait
    Pour le lait maternisé maison dont la recette est donnée ci-dessus, les quantités sont les suivantes :

    • 13 ml pour un chaton de 100 g et par jour la première semaine
    • 17 ml pour un chaton de 100 g et par jour la deuxième semaine
    • 20 ml pour un chaton de 100 g et par jour la troisième semaine
    • 22 ml pour un chaton de 100 g et par jour la quatrième semaine.
Elle dépend du type de lait maternisé utilisé et sont indiqués par le fabricant sur l’emballage. Le chaton va souvent boire la quantité qui lui convient. Il ne faut pas le forcer à boire. Il est préférable de donner un peu moins à manger les premiers jours et d’augmenter progressivement les quantités. Si le chaton boit trop, son estomac sera surchargé et la digestion sera difficile. Si le chaton dort peu, miaule beaucoup et s’agite, c’est qu’il a faim ou froid. A la naissance les chatons pèsent environ 90 à 110 grammes. Ils prennent environ 100 grammes par semaine.
  • Mode d’alimentation
    Le chaton n’est pas capable de laper dans les premières semaines et vous devrez lui donner le lait au biberon. Il existe aujourd’hui des biberons spéciaux pour petits animaux, souvent présents dans la boîte de lait maternisé ou que vous pouvez vous procurer à part. Vous trouverez ces biberons  avec les laits maternisés chez votre pharmacien. Le trou de la tétine ne doit pas être trop grand pour éviter que le lait ne coule trop vite et que le chaton ne fasse de fausse déglutition. C’est à dire que le chaton va avaler de travers ce qui peut entraîner des troubles pulmonaires. Vous pouvez percer la tétine de plusieurs petite perforations avec une aiguille et le lait doit juste suinter quand vous retournez le biberon. Le chaton doit téter lui-même ce qui peut être laborieux lors des premières fois. Vous ne devez pas appuyer vous-même sur le biberon pour accélérer la tétée sous peine de faire faire au chaton une fausse déglutition. Pendant la tétée, vérifiez de temps en temps que les trous ne sont pas bouchés par un grumeau.Le lait devra être donné tiède car trop chaud il risque de provoquer des brûlures. Il faudra bien nettoyer le biberon après chaque utilisation.

Alimentation du chaton: Le sevrage

Dès que le chaton aura trois semaines, vous pouvez lui proposer un peu d’aliment solide de type pâtée. Le sevrage est le passage d’une alimentation exclusivement lactée à une alimentation mixte. Il commence vers l’âge de trois à quatre semaines avec l’introduction progressive d’aliment solide. Souvent le chaton goûte l’alimentation de sa mère ou celle que vous lui proposez. C’est un des intérêts à proposer un aliment chaton à une chatte en lactation. Pour les chatons orphelins, vous mélangerez une petite quantité d’aliment solide avec le lait artificiel pour former une sorte de bouillie assez liquide que vous présentez au chaton dans une écuelle peu profonde. S’il ne veut pas y goûter, vous pouvez mettre ce mélange sur vos doigts et laisser le chaton le lécher. Vous pouvez aussi en étaler sur ses babines, il pourra ainsi le goûter en se léchant. Il ne faut pas lui mettre le nez dedans. Une fois qu’il mange cette bouillie, vous allez peu à peu diminuer la quantité de lait et finalement la supprimer. Vous augmentez parallèlement l’alimentation solide.Ce sevrage, s’il est brutal va entraîner des troubles digestifs de type diarrhée. Il est préférable de commencer le sevrage dès l’âge de 4 à 5 semaines car le lait commence à ne plus couvrir tous les besoins de croissance des chatons. A ce moment, la chatte produit souvent moins de lait et le sevrage est plus facile car le chaton a faim. De plus, le chaton est aussi ravi de découvrir des aliments différents.

 

Alimentation du chaton : besoins nutritionnels

L’alimentation du chaton peut être divisée en deux périodes:
  • la période où le chaton est allaité par sa mère ou avec un lait maternisé
  • la période après le sevrage où le chaton ne consomme plus de lait maternel mais un aliment solide.
Le sevrage a lieu de préférence entre 4 et 7 semaines. A 7 semaines, le sevrage doit être terminé et le chaton doit alors manger un aliment solide de haute qualité. Pendant les 3 à 4 premiers mois de la croissance, la croissance du chaton est très rapide. Puis elle ralentit et on considère la croissance terminée vers l’âge de 6 mois environ pour les deux sexes.

Alimentation du chaton: Choix de l’aliment donné pendant la croissance après le sevrage

Le chat est un carnivore vrai, c’est à dire dépendant d’une alimentation d’origine animale (notamment pour les protéines). De ce point de vue, le chat est un carnivore beaucoup plus strict et exigeant que le chien. Un aliment pour chiot ne convient donc pas à un chaton, ni un aliment pour chien à un chat. En croissance, les besoins énergétique, protéique et minéral du chaton sont plus importants que ceux d’un chat adulte. Afin d’éviter d’éventuelles carences, il faut donc un aliment de croissance pour un chaton, et pas un aliment d’adulte. Un bon aliment pour chaton est un aliment qui répond à ses besoins spécifiques. Il doit donc être complet et équilibré pour la croissance avec des matières premières de haute valeur biologique et hautement digestibles. Une alimentation adaptée et de qualité est une des garanties d’une croissance harmonieuse et d’une bonne santé.

Alimentation du chaton: Les besoins alimentaires

  • Le besoin énergétique
    Le besoin énergétique du chaton est plus important que celui d’un chat adulte, puisqu’il doit couvrir à la fois son besoin d’entretien (qui assure sa survie) et son besoin de croissance (qui permet le développement osseux, musculaire). Entre 10 et 20 semaines d’âge, il est de 130 kCal / kg, puis il diminue progressivement à 50-60 kCal / kg chez l’adulte. L’aliment de croissance doit donc être très énergétique pour pouvoir couvrir le besoin du chaton dans un petit volume d’aliment, puisque le chat aime grignoter de nombreux petits repas. Le besoin énergétique est à moduler en fonction du chaton, de son mode de vie (à la maison ou dehors) et d’une éventuelle castration (diminution du besoin énergétique après la castration).
  • Le besoin protéique
    Le chat étant un carnivore vrai, il doit recevoir des protéines d’origine animale, seules protéines lui apportant des éléments qu’il est incapable de fabriquer lui-même ou de trouver ailleurs (comme par exemple la taurine). Idéalement, 80-90 % des protéines apportées par l’aliment doivent être d’origine animale. En croissance, le besoin protéique est supérieur à celui de l’adulte puisqu’il doit couvrir à la fois le besoin d’entretien (renouvellement des tissus) et le besoin de croissance et développement de ces mêmes tissus. L’aliment doit donc avoir un R.P.C. (rapport protidocalorique) de 80 à 110 pour couvrir correctement le besoin protéique quantitatif du chaton en croissance (c’est à dire 32-40% MS ou matière sèche de l’aliment). L’aspect qualitatif des protéines apportées est aussi primordial. Deux acides aminés (constituants des protéines) doivent impérativement être présents dans l’aliment, et en quantité suffisante: la taurine et l’arginine. Une carence en taurine provoque des troubles cardiaques et oculaires graves. Une carence en arginine, qui participe à l’élimination de certains déchets toxiques produits par l’organisme, conduit au coma et à la mort. Un aliment de qualité doit donc apporter des protéines hautement digestibles et de haute valeur biologique afin de couvrir le besoin quantitatif et qualitatif du chaton en croissance.
  • Le besoin en lipides
    L’alimentation du chaton doit contenir des graisses (lipides). Elles sont une source d’énergie:10 % de l’énergie apportée au chaton doit l’être par les matières grasses. Les lipides sont une source d’acides gras essentiels (acides que le chat ne peut synthétiser). L’acide linoléique et l’acide linolénique sont apportés par des huiles végétales. L’acide arachidonique est apportée par la viande.
  • Le besoin en glucides
    Les glucides ne sont pas indispensables au chaton, car il peut les fabriquer à partir de protéines (néoglucogénèse). Les glucides présents dans l’aliment peuvent être mal assimilés. Des troubles digestifs peuvent apparaître dès que l’on dépasse 25-35 % MS d’amidon. Néanmoins, ils sont intéressants parce qu’ils sont une source d’énergie et assurent l’apport en fibres nécessaires au bon fonctionnement du tube digestif.
  • Le besoin en minéraux
    Les principaux minéraux dont l’apport est insuffisant avec une alimentation ménagère sont le calcium et le phosphore. Aussi, il est impératif de complémenter une telle ration avec un aliment minéral vitaminé adéquat. Le calcium et le phosphore sont indispensables à la minéralisation squelette. Toute carence entraîne un défaut de cette minéralisation et des troubles de la croissance osseuse. Mais un excès est tout aussi préjudiciable. L’équilibre entre les minéraux est également à respecter, l’excès de l’un pouvant bloquer l’absorption d’un autre, même s’il était au départ apporté en quantité suffisante.
  • Le besoin en vitamines
Les besoins en vitamines du chat sont spécifiques. Ill est incapable par exemple de synthétiser la vitamine A à partir des béta-carotènes ou la vitamine D au niveau de sa peau sous l’effet des UV .Or la synthèse de la matrice protéique de l’os dépend de la vitamine A et la calcification de cette matrice de la vitamine D. Aussi, l’aliment chaton doit-il être complet, c’est à dire apporter tous les éléments nécessaires à une croissance harmonieuse du chaton, et en quantité suffisante, mais aussi parfaitement équilibré, c’est à dire respecter l’équilibre entre les différents éléments. Le rapport phospho-calcique doit être de 1,3. Le rapport Vit A / Vit D doit être supérieur à 10

Alimentaton du chaton: nourriture industrielle